ma page facebook

Manifeste de la/du styliste indépendant(e)

  »La mode c’est ce qui se démode » disait Jean Cocteau.

La styliste indépendante ne fais pas « de la mode », comme elle ne fait pas « du marketing »

La styliste indépendante crée des vêtements selon son inspiration et ses goûts propres, à l’abri des tendances et des normes. Peut lui importe si l’été sera « anis et chocolat » ou l’hiver « oversized »

La styliste indépendante crée avec le cœur et l’esprit dans une démarche esthétique et artistique en dehors des diktats capitalistes de productivité, de calendrier, de compétitivité , de flux tendu et autres gros mots industriels. Qu’elle confectionne elle même ou qu’elle s’adresse à des ateliers, la styliste indépendante produit en petites quantités et de manière artisanale, car elle sait que c’est la clé de son intégrité et de sa liberté, la condition sine qua non de ce choix de vie audacieux.

La styliste indépendante travaille dur et avec passion, pour que ses idées prennent chair de textile et habillent celles et ceux qui aiment ça, sans idée fourbe de rendement et/ou de profit. Et c’est en cela qu’elle est une alternative aux grandes enseignes.

La styliste indépendante fait ce qu’elle peut pour nager la brasse dans une grande mare de crocodiles à moteur, bruyants et puants.

« C’est les soldes » disent les journaux. Les soldes consistent, je cite, à « brader les invendus démodés ou obsolètes de la saison venant de se terminer».

L’été est-il déjà terminé ? Je viens à peine d’enlever mes bottes… De quelle saison parlez-vous ?

Mais il n’y a plus de saison ma p’tite dame ! fin juin, on pousse les bouées et on met des cahiers !

Les modèles d’une styliste indépendante ne sont pas des « invendus démodés ou obsolètes ». Ce sont des créations longuement mûries au soleil de l’âme, jetées avec fougue sur le papier puis taillées dans le tissu. Essayées, réajustées, patiemment élaborées…puis coupées et cousues avec le temps qu’il faut pour que ce soit fait avec soin, sans presser le temps pour ne pas presser l’humain.

La styliste indépendante n’a pas besoin de « de stimuler, susciter ou renouveler les besoins du consommateur » car elle s’adresse à des personnes perspicaces et autonomes qui n’ont elles non plus nullement besoin qu’on leur dise ce qu’elle doivent porter et aimer.

Je crois que vous, qui portez et aimez ces vêtements, le savez.